Culture

À la rencontre de Rémi, Développeur Full Stack chez Atipik

Retour au blog

Arrivé il y a quelques mois dans l’équipe, voici Rémi développeur full stack. Un équilibre entre méditation, une alimentation saine et des lignes de code à foison, découvrez la routine de Rémi, développeur dans notre agence à Genève !


En tant que développeur full stack, qu'est-ce que tu préfères dans ton job ?

De manière générale, il faut garder en tête que l’essence même du développement est de faciliter l’accès aux données et d’automatiser des tâches humaines rébarbatives. Ce faisant, il est crucial de prévoir tous les cas d’usage, tout en mettant un point d’honneur sur l’ergonomie.

En ce sens, développeur n’est, selon moi, pas un métier comme les autres. La journée est rythmée par le plaisir de résoudre des problèmes complexes. Ces derniers sont comparables à des énigmes, des casse-têtes, des devinettes. À la seule différence près que lorsqu'il s’agit de coder, plusieurs chemins sont possibles pour atteindre l’objectif final. C’est un métier ludique, presque divertissant. Certains aiment passer du temps à faire des sudokus ou des mots croisés, moi j’aime les challenges qu’offre le métier de développeur.

Ajouté à cela le fait que chaque projet est unique, et qu’au sein de chaque application, aucune fonctionnalité attendue n’est identique. La singularité de chaque opération s’enchainant dans la journée nous exempte ainsi de toute routine possible. Et pour sublimer le tout, chez Atipik, nous avons la chance de travailler sur des projets eux-mêmes très divers.

C’est grâce à cette diversité qu’au fil des années la passion pour mon métier de développeur est restée intacte.

Nous sommes aussi chanceux, qu’à travers les différents rôles et spécialités au sein de l’agence, nous allions l’art et la technicité au quotidien, pour réaliser ce qui, en définitive, sera la meilleure solution pour le produit final, pour que l’expérience utilisateur soit optimale.

Dans la vie de tous les jours, j’aime sortir de ma zone de confort, et être confronté à la nouveauté. Tester, gouter, essayer, découvrir, assouvir ma curiosité. C’est cet engouement pour le nouveau, qui est selon moi dans l’ADN de nombreux développeurs.

remi-developpeur-web-agence-atipik-suisse.jpg

Quels sont les 3 conseils que tu donnerais à d’autres développeurs ?

En tant que développeur, 3 règles d’or sont de mise :

  • Less is more”, “quality, over quantity”. La simplicité est préférable à la complexité, la concision est préférable à la verbosité. Attention, cependant, dans certaines situations, écrire moins de lignes de code n'améliore pas l’efficacité. Cette première règle doit être mise en application à bon escient.
  • Faire du “code caviar”. Beaucoup de points le caractérisent : facile à lire, tester, réutiliser, transmettre, agrémenter, mais aussi clair, maintenable, commenté, peu gourmand en mémoire et surtout à jour.
  • Utiliser l’outil le plus adapté à la problématique, simplement.

En gardant en tête ces trois points au jour le jour, cela permet de faire du code qualitatif et de se concentrer sur l’essentiel sans ajouter de complexité.

Selon toi, quelles vont être les prochaines grosses évolutions dans ton domaine ?

À mes yeux, une révolution nous attend avec l’émergence du deep learning, qui remplace peu à peu le machine learning. Elle s’implémente dans l’entièreté des différents systèmes IT et même en cybersécurité. On sait que cette technologie prend un réel envol grâce à l’amélioration des algorithmes et à la disponibilité de grandes quantités de données (ou “données d’entrainement”) qui peuvent être utilisées pour apprendre à ces réseaux neuronaux comment effectuer des tâches spécifiques.

C’est quoi concrètement le deep learning ? C’est un sous-ensemble du machine learning, ne nécessitant pas l’intervention humaine, qui utilise des “réseaux neuronaux” pour apprendre à partir de données. L’apprentissage du réseau est automatisé, ce qui permet aux machines d’apprendre à partir de données, d’une manière similaire à la façon dont les humains apprennent. Les réseaux “neuronaux” sont composés d'un grand nombre de nœuds de traitement interconnectés (ou neurones), qui peuvent apprendre à reconnaître des modèles d’entrées de données. Cela les rend particulièrement efficaces sur des tâches telles que la reconnaissance d'images, le traitement de langage, et pour peut-être bientôt, le développement. D’ailleurs, peut-être que ce texte lui-même a été généré par une IA, après tout, on ne verrait aucune différence...

Aujourd’hui, nous sommes encore à l’aube de l’IA, et pourtant, il existe déjà des outils capables de convertir du simple texte en une application (très) rudimentaire. Sans parler de ce que les GAFA ont d’ores et déjà réalisé.

Alors qu’adviendra-t-il de demain ? Y aura-t-il des déclinaisons du fait de cette avancée technologique ? Faut-il redouter un futur où la technologie prendrait le dessus sur les interactions humaines ? Toutes nos interactions ? Pourra-t-elle par exemple mettre en place un service d’accompagnement marketing digital à la hauteur de l’humain ? Ou interpréter correctement les différentes problématiques IT d’une société ?...

Créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement de l'histoire humaine. Malheureusement, ce pourrait être le dernier, à moins que nous découvrions comment éviter les risques. Stephen Hawking

Seul l’avenir nous le dira. Néanmoins, un élément séparera toujours l’homme de la machine dans le domaine du web : le design, à l’échelle de l’Art. Car il est en opposition à ce qu’est un algorithme. Le ressentiment, tout en subjectivité, est essentiel pour la création d’expérience utilisateur digne de ce nom.

Quoi qu’il en soit, ce futur est encore loin devant nous.

Quelle est la chose que tu fais tous les matins pour commencer ta journée du bon pied ?

J’ai un penchant pour tout ce qui touche de près ou de loin au développement personnel. Dans les livres qui m’ont le plus marqué, et qui ont changé ma façon de vivre, je retiendrais “miracle morning”. C’est en résumé “l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt”, avec une bonne dose de “power boost yourself”. J’ai intégré certains conseils et exercices qui m’ont conduit à entreprendre une routine matinale qui jongle entre : méditation, visualisation et affirmations. Et pour accorder corps saint avec Esprit saint, une salade de fruits frais, bio et locale, évidemment. Ça crée un réel “moment de la journée”, partagé en famille.

Qu'est-ce qui est Atipik chez toi ? 

Mon parcours scolaire et professionnel est parsemé d’angles à 90°, des angles très atypiques, beaucoup d’expériences variées, qui vont de pair avec ma curiosité. Ayant toujours eu un attrait pour le domaine technique, j’ai un cursus scolaire dans le génie électrotechnique. Le destin s’est ensuite chargé de me faire faire un tour d’horizon de différents secteurs, avec beaucoup de plaisir. L’aboutissement de cette circonvolution était donc de devenir développeur. 5 ans après cette reconversion, c’est avec enthousiasme et sérénité que j’amorce les 5 prochaines années.

Auteur

Publié le 02 juin 2022

Ingénieur Logiciel · Web