Culture

Yannick partage son expérience en tant que CEO d'Atipik !

Retour au blog

Yannick, CEO d’Atipik s’est prêté au jeu et participe à la série d’interview des collaborateurs de l’agence ! Il partage sa vision sur son rôle, comment l’agence a évolué ses 11 dernières années, et aussi ce qu’il espère pour la suite de l’aventure !


Quelles sont les qualités indispensables lorsqu'on est CEO ?

En tant qu'entrepreneur et CEO d'Atipik, cela fait 11 ans que je me pose cette question et mes réponses ne sont jamais les mêmes, quoi qu'elles aient toutes un dénominateur commun.

#1 Un bon CEO doit avoir une vision : je pense qu'en premier lieu, pour qu'une entreprise fonctionne, tous les membres d'un groupe doivent croire dans une vision, cette vision doit être claire, simple, positive et si possible à long terme. Elle doit être communiquée et adoptée par les parties.

#2 Un bon CEO ne doit pas avoir la grosse tête : l'objectif d'un chef d'entreprise n'est pas d'être le meilleur, mais de s'entourer des meilleurs. Diriger une entreprise, bénéficier d'un certain pouvoir ne veut pas dire que l'on ne peut pas, parfois, douter. Un CEO se questionne, se remet en question, réfléchit et s'adapte à son environnement, tout en respectant ses valeurs fondamentales.

#3 Un bon CEO doit savoir écouter : rien de pire que d'avoir en face de soi un manager hypocrite et politique, l'écoute sincère est une des choses les plus importantes, car elle permet de comprendre rapidement ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, et permet rapidement de modifier la direction choisie auparavant.

#4 Un bon CEO n'est - de loin - pas le meilleur : si vous choisissez vos collaborateurs en tentant de conserver un avantage personnel en termes de savoir-faire, vous êtes mort. Le rôle d'un CEO est de s'entourer de personnes meilleures que lui dans tous les domaines, lui permettant ainsi de pouvoir accorder de la confiance, récupérer de l'information, et prendre des décisions pertinentes.

Quand tu as fondé Atipik, est-ce que tu pensais que l'entreprise allait évoluer au point où elle en est aujourd'hui ?

Lorsque nous avons fondé l'entreprise, nous savions ce que nous ne voulions pas, c'est à dire devenir une entreprise de service sans âme, dictée uniquement par des choix financiers, dans ce sens oui, nous avons parfaitement coché les différents points au travers des années passées.

Pour le reste, je pense que le succès n'est pas quelque chose de prévisible et qu'il est le résultat de beaucoup de travail, de passion et, avant tout, c'est le succès d'une équipe, et chaque collaborateur a marqué l'entreprise et lui à permis et lui permet d'évoluer dans le bon sens.

yannick-durst-ceo-agence-atipik-geneve.jpg

Et demain alors ?

Nous avons de beaux projets en tête pour la suite de notre aventure. Notre casquette d'éditeur de solution (que nous avions porté durant plusieurs mois à notre naissance) devient de plus en plus présente, tant dans nos têtes que dans le temps passé à concevoir, développer : créer.

Si je ne veux pas dévoiler le plan, je peux clairement dire ce qui ne changera pas : nous ne grignoterons jamais le fait de développer nos solutions de manières locales, nous ne réduirons pas la qualité de notre travail pour optimiser nos finances, nous continuerons de proposer des solutions sur mesure à nos clients. Nous allons aussi aller plus loin dans les initiatives sociétales et environnementales qui permettent à notre entreprise d'assumer la responsabilité qu'elle se doit de prendre.

Qu'est-ce qui te motive au quotidien ?

J'aime le fait de créer de nouvelles choses, sachant que dans notre domaine nous avons une place de choix pour dessiner le futur de manière responsable, d'aider les entreprises à lancer de nouveaux produits et d'avoir un impact sur le quotidien des utilisateurs de nos produits. Même si le monde n'est pas noir ou blanc, la technologie à une responsabilité primordiale dans le futur que nous dessinons pour les générations futures, et il est de notre devoir de choisir le bon camp. Elle peut supporter la société et notre civilisation à résoudre ses problèmes fondamentaux, mais elle peut aussi tomber entre des mains moins bienfaisantes et permettre un assouvissement total. C'est clairement le risque que nous voyons se dessiner avec le poids que prennent les plateformes comme Facebook. C'est un combat, celui des libertés, de la protection de la vie privée et de dire non aux idées foireuses qui, certes, peuvent être financièrement intéressantes, mais qui n'apportent strictement rien à la société.

Qu'est-ce qui est Atipik chez toi ?

J'ai été confronté très tôt à une grave maladie, on dit souvent que ces tranches de vie changent un Homme, et personnellement, sans dire que j'ai fondamentalement changé, je crois que ça apporte une sorte de minuteur qui tourne et qui me rappelle que le temps ne s'achète pas, qu'il est précieux et qu'il faut l'utiliser à bon escient. Cela me pousse aussi à tenter de faire le plus de choses possible dans un temps limité, et de ne m'attacher qu'envers des individus partageant cet état d'esprit.

Pour terminer, ta phrase préférée ?

C'est celle que je répète à mes enfants chaque fois que j'en ai l'occasion : apprendre c'est faire des erreurs.

Auteur

Publié le 20 janvier 2022

Associé · CEO